tour du monde

Flagrant Délire à la BlueScope Race 2009

Si Flagrant Délire a été récemment modifié pour la navigation en haute mer, nous n’avons pas pu résister à la tentation de le tester dans sa fonction initiale : la régate et la vitesse…

 En effet, pour ce 20 Septembre dernier, tout ce qui glisse sur l'eau grâce à l'énergie du vent, s’est donné rendez-vous au phare Amédée, dans le cadre de  la 2eme édition de la Bluescope Race. Au programme, pas de triangle olympique ; juste une belle ligne droite au largue à faire, longue de 10 milles environ (Phare Amédée – Nouméa).

Et c'est lors de cette course peu commune, que FD s'est aligné sur la ligne de départ, avec nombres de Kite-surf, Fun Board,  lasers,  hobbies Cats, optimistes, habitables et même pirogues à voile.

Greg s'était inscrit dans la catégorie « Catamaran de sport non habitable », puisque FD n’est autre qu’un cata de sport (certes un peu plus gros que les modèles existants, mais bel et bien non habitable). Le jury en aura décidé autrement :  Greg partira en catégorie "Habitable"!!!

Tant pis pour les autres, le match sera inégal !

Récit de la course par le Capitaine :

« Le départ est donné, je reste pendant 10 minutes, encalminé sous le vent d'un A40 et impossible de le prendre au vent. Et puis, la vedette de RFO passe à proximité en me filmant, ce qui génère des vagues… FD ralenti, et hop, je peux le prendre au vent !  Ca y’est, on accélère, accélère, et c'est partit pour rattraper tout le monde…

Un à un (enfin plutôt deux, voir e trois par trois !) on les rattrape et ils restent loin derrière nous. Le vent forci en arrivant près de la côte… Au début, nous avions 10/15noeuds, sous spi, c’était pépère. Mais à présent, nous avons 20/25noeuds et toujours sous spi… Là, ca commence à aller vraiment vite ! Pas de speedo et  pas le temps (ni les mains dispos) pour allumer le GPS, mais je pense qu’on frise de très près  les 20nds...

A mi parcours, nous sommes en tête et le resteront jusqu'à la ligne d'arrivée...

FD est un super bateau. Sur la fin, nous étions surtoilés et pas une fois, nous avons imaginé dessaler. Et il a encore attiré bien des regards et objectifs. Le soir même, on pouvait l'admirer sur RFO au journal de 20H. Même mon père en France, à pu nous voir en action, alors qu'il n' en savait rien (il faut dire, la bête est repérable…) !!!

Après cette belle performance, je m'octroie un petit bord de près à fond vers l’Ilot Maitre, sur une coque. FD se défoule, et pour une fois qu'il y a de la sécurité autour, j'en profite pour le mener bien  au-delà de ce pour quoi il est préparé... 

Ah !  Flagrant Délire, tu es bel et bien un merveilleux oiseau du large... Je suis fier de toi. »

Pour connaitre le classement officiel, rendez-vous sur LNC > ici, ou sur le site de l’ANG > ici

Test hauturier pour Flagrant Délire...

 

  Récit du skipper sur sa semaine de test en navigation hauturière :

 

« Pour ce premier test hauturier, nous partirons à deux sur le Flagrant Délire. On ne sait jamais, s'il devait y avoir un gros pépin,  c'est plus facile à gérer.

Le bateau est lourdement chargé, la survie que j'ai prise est celle de Timshel, une 6 places et elle est beaucoup trop lourde pour Flagrant Délire. Il sera impératif d'en prendre une de 4 places pour le défi...

Le départ est prévu en même temps que la régate « Nouméa Port Vila », ce qui nous permettra de naviguer en flotte, plus motivant pour les 50 milles de près à venir…

Notre destination au Vanuatu a vite été modifiée pour cause météorologique. Les 10 à 15nds de vent (avec mer belle) prévus  , ont rapidement été revus à  la hausse...: 25nds et mer forte ! Effectivement, dès le départ, nous nous offrons du "sautage" et du "transperçage" de vagues au près, dans des creux de plus de 2 mètres.

Pour arriver à l’île Ouen, c'est véritablement du matraquage ou du lynchage de bateau. En réalité, je souffre plus pour mon bateau qu’il ne souffre en réalité... Le pauvre, il s'en prend vraiment plein la gueule… Mais il se révèle étonnamment  costaud et résiste impeccablement.

Apres douze heures de lutte contre le vent, les vagues et le courant, nous décidons de nous reposer en baie de Prony, plus prudent, afin de passer la passe de la Havanah de jour. Nuit très humide, il pleut… mais à 3 h du matin, nous sommes réveillés par Des baleines autour de Flagrant Délire ! On prend vite conscience de la petitesse du cata, mais pas de souci, les cétacés repartent rapidement. Flagrant Délire est un véritable laboratoire pour étudier en direct et au plus près, la faune maritime...

Deuxième jour, nous tentons de partir sur Lifou. Rebelote, toujours vent frais dans la gueule et houle très cassante de 3 m... Les loyautés se refusent à nous, tant pis pour elles, nous allons donc mettre cap au Sud, avec au programme, navigation autour de l'ile des Pins. Et toujours sous la pluie....

Cela dit, c'est un très bon test pour mes vêtements et pour les tentes....Il y aura donc quelques modifications à apporter à ces dernières, par contre, pour ce qui des vêtements dits « de mer », c'est une catastrophe... Il est impératif de trouver un partenaire pour ça !

Julien est au routage et nous fait slalomer entre les patates de corail. Par expérience, je ne fais aucune confiance aux lecteurs de cartes, mais je dois dire que là, c'est vraiment utile! Moi qui comptait partir avec des GPS classiques et mes cartes papiers, je réalise que ce ne sera absolument pas possible à bord de FD… Pluies, embruns, vagues , vent , sont le lot quotidien de la "sur-vie" sur FD. Dans ces conditions, la lecture et le point sur une carte "volante" sont tout simplement impossible. Il sera donc nécessaire d'obtenir des GPS lecteurs de carte.

Durant les jours qui suivent, c'est toujours le même refrain qui nous chahute, à savoir, pluie, pluie et pluie. Sur FD, aucun abri (hormis les tentes, mais c'est pour dormir !), nous sommes en permanence en contact avec les éléments. Que ce soit, la pluie, le vent, le froid ou la chaleur, le contact est direct! C'est la grosse différence avec un bateau classique. Il faudra donc travailler là-dessus, pour fabriquer des petites protections.

Avant dernier jour, nous nous dirigeons vers le mouillage du Nord-Ouest de l'ile des Pins, la baie de Gadji. Merveilleuse sensation de virer entre les patates de corail à 1 m seulement. FD est redoutable au virement de bord, jamais un seul manque à virer. On arrive doucement sur zone, on relève tout, plus qu'un safran à 30 cm et nous arrivons devant une plage déserte, là où seul un bateau comme FD peut venir... Sous la coque, 50cm...

Un peu de réconfort, ce soir ce sera apéro bien mérité et repos.

Pour le retour, le temps s'annonce instable, nous partons encore au près, pour ne pas changer! Le vent fraichi, ça cogne, ça tape toujours... Passé la passe de la Sarcelle, nous pouvons enfin ouvrir et c'est enfin du largue jusqu'au canal Woodin!!! Enfin du portant, on s'en offre deux heures, un vrai délice, ça fuse tout de suite beaucoup beaucoup plus vite...Le GPS est en route, les pointes oscillent vers 16/17nds... FD est content et nous aussi.

Dans Woodin, le vent se calme, nous croisons les copains de la  Maryvonne ainsi qu'Ocealys, nos amis connus en Polynésie. Nous continuons, le temps est étrange... Et vlan, sortie de Woodin, on se prend 35/40nds ! Bizarre bizarre... Heureusement, je l’ai senti arriver et nous avons juste eu le temps de tout affaler... Cette situation a duré 30 minutes comme ça, puis s’est calmée. On renvoi alors la toile progressivement et vlan, le vent tourne de 180° pour s'orienter Sud!!!! Je l'avais bien dire, bizarre bizarre!!! »

 

                   

 

 

     Plus de photos > ici

 

« Voilà FD est de nouveau à son poste de préparation, ces 6 jours de test Hauturier ont été riches en enseignement:

-           Tout d'abord, nous avons effectué ce test au près sur 80% du temps, ce qui augmente par 10 les contraintes que l'on a infligé à FD. Et le résultat, malgré ce lynchage de cata ? Rien n'a cassé! Pas le moindre petit boulon, pas le moindre bout, rien. Test de résistance et de solidité : ok !

> Lors de sa traversé du Pacifique, FD a subit des réparations quasiment à chaque escale. Mais il faut croire que c'était ce qui devait être amélioré et résultat, FD est à présent solide.  

-          Le contact direct avec les éléments est un des points le plus difficile à gérer sur un cata de sport. Il faudra donc créer des cagnards de chaque côté (sous les wings) pour se protéger les pieds des embruns. De plus, il faudra un taud rapide à installer pour s’abriter du soleil ou de la pluie.

> Obtenir un partenariat avec un fabricant de vêtements de mer est primordial, mais ça, je le savais bien d’avance !

-          Impératif également, obtenir des GPS lecteurs de carte pour la navigation, mais surtout pour les approches côtières.

 

-          FD est très photogénique et il attire inexorablement l'œil. Chaque personne qui le voit, vient demander plus de détails sur son histoire. Il est beau, attire les regards et attise la curiosité.. »

 

Quand Flagrant Délire était BBB...

 Et oui !

 Ce n'est pas parce qu'on ne parle que du futur de Flagrant Délire qu'on oublie son glorieux passé...

Pour mémoire, avant d'être Flagrant Délire, notre catamaran n'était pas moins que le célèbre BBB, Bye Bye Brazil, la monture qui a permit à Beto Pandiani et Igor Bely de traverser le Pacifique.

Et pour montrer à nos futurs partenaires et sponsors ce que peut représenter l'impact visuel d'un tel défi, voici 2 exemple de médiatisation de notre catamaran, lors de son précédent record:

-           Transpacifique, 9000 milles sur un catamaran de sport (Loisirs Nautiques, Mars 2009)

-           Le Pacifique en cata de sport (Voiles et Voiliers, Juillet 2009)

Un impact visuel direct, une publicité facile ! Amis partenaires n’hésitez pas !

Vous retrouverez ces 2 articles dans la rubrique PRESSE.

Encore bravo à Beto Pandiani et Igor Bely pour leur beau périple.

 

Sorties "test" et courses aux partenaires!

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas!

Apres les mois de folie pour arriver à faire venir Flagrant Délire sur sa ligne de départ, en Nouvelle-Calédonie, nous sommes actuellement en quête du ou des sponsors qui nous permettra de partir sereinement, et de mener notre projet à son terme.

 

Par conséquent, nous passons des heures et des heures derrière nos PC, à envoyer des emails et à prendre contact avec divers organismes susceptibles de nous suivre... Et tout cela prend du temps!!! Beaucoup de temps même... Et durant ces longues heures de recherches, Flagrant Délire nous attends sagement.

 

Nous sommes tout de même parvenus à tester un peu plus précisément le cata, et ce par vents assez forts. En restant volontairement surtoilé, toujours afin d'appréhender au mieux les réactions de Flagrant Délire aux assauts des vagues et du vent. Résultat: sous 30 nds de vent, et toute toile dehors, il passe admirablement la vague et lève très peu "la patte». Quant à la barre, elle reste un délice de précision. Rien à redire. C'est l'arme absolue pour un tel projet. Selon les dires de Greg: "A chaque fois, je suis plus convaincu que jamais!"

 

Et pour cette sortie "sportive", un invité de marque, et non moins ami, accompagnait le capitaine: Maurice Conti. Son avis et ses conseils d'expert en voile et catamaran étaient relativement importants et bons à prendre. Est-il nécessaire d'ajouter que ce dernier est lui aussi tombé sous le charme rassurant de FD? Je ne crois pas...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×